Écomusée du fier monde http://ecomusee.qc.ca Musée d’histoire et musée citoyen Thu, 22 Jun 2017 17:49:30 +0000 fr-CA hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8 René Binette, lauréat du prix Reconnaissance UQAM http://ecomusee.qc.ca/2017/06/14/rene-binette-laureat-du-prix-reconnaissance-uqam/ Wed, 14 Jun 2017 15:53:58 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=18275/ René Binette. Photo : Julie Landreville, Écomusée du fier monde
René Binette.
Photo : Julie Landreville, Écomusée du fier monde

Montréal, le jeudi 15 juin 2017.- Lors du gala qui s’est tenu le mercredi 14 juin dernier, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a remis le prix Reconnaissance de la Faculté des arts à René Binette, directeur de l’Écomusée du fier monde.

Depuis 2001, les prix Reconnaissance sont remis par les doyens de six facultés et de l’École des sciences de la gestion à sept diplômés qui contribuent au développement de leur secteur d’étude. Cet événement annuel permet de récompenser des anciens étudiants de l’UQAM pour leur parcours exemplaire. À l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, l’Université a tenu à souligner l’apport remarquable des lauréats à la mise en valeur et au développement de la métropole.

René Binette : un parcours inspirant

Diplômé d’histoire de l’art, René Binette est associé à l’Écomusée du fier monde depuis sa création. Situé dans le quartier Centre-Sud, l’Écomusée est une institution qui se démarque dans le paysage montréalais avec son double mandat de musée d’histoire et de musée citoyen. Tout au long de sa carrière, René Binette laisse sa marque dans le milieu muséal en apportant ses idées originales. Entre autres, il introduit l’histoire du travail à la mission de l’Écomusée, une thématique quasi inexistante dans les musées au début des années 1980. Il mise aussi sur l’éducation populaire en favorisant les démarches participatives. Récemment, il a mis sur pied le concept de collection écomuséale.

En plus de s’impliquer dans le réseau muséal, René Binette a publié de nombreux articles et offert plusieurs conférences au fil du temps. Il est aussi chargé de cours à l’UQAM depuis 2003. Enfin, René Binette s’est vu décerner le titre de Fellow de l’Association des musées canadiens en 2013 et est le lauréat du prix Barbara-Tyler pour le leadership muséal 2014.

Cliquez ici et retrouvez le portrait complet de René Binette dressé par les Actualités UQAM dans la série dédiée aux lauréats des prix Reconnaissance 2017.

 

L’Écomusée du fier monde : un musée d’histoire et un musée citoyen

Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée du fier monde vous invite à explorer des volets méconnus de la culture montréalaise. Découvrez la vie quotidienne en milieu ouvrier et suivez le parcours inspirant de groupes citoyens. Visitez les expositions de l’Écomusée et l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

 

]]>
Nourrir le quartier, nourrir la ville http://ecomusee.qc.ca/2017/05/15/nourrir-le-quartier-nourrir-la-ville/ Mon, 15 May 2017 12:00:56 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=17950/ Montréal, le 22 avril 2017.- Faites votre marché et retracez près de 200 ans d’alimentation à Montréal! Explorez les lieux qui ont marqué la vie de quartier, comme les marchés publics, les petites épiceries et les premières chaînes d’alimentation. Suivez l’évolution des produits à différentes époques. Voyez aussi la naissance de l’industrie de la transformation alimentaire qui se développe en réponse à un besoin simple : celui de nourrir le quartier et de nourrir la ville. C’est l’occasion de réfléchir aux enjeux contemporains et de constater les initiatives citoyennes mises en place dans la ville du 21e siècle.

À l’occasion du 375anniversaire de Montréal, l’exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville est présentée du 18 mai 2017 au 4 février 2018, à l’Écomusée du fier monde.

 

<b>Épicerie Chapdelaine & frères, rue Fullum près de la rue Ontario, vers 1920.</b> Edgar Gariepy, Collection Félix Barrière, BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec Conception graphique : Coquelicot design
Épicerie Chapdelaine & frères, rues Fullum et Ontario, vers 1920.
Edgar Gariepy, Collection Félix Barrière, BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Conception graphique : Coquelicot design

Faire son marché

« Faire son marché » est une expression ancienne qui est encore utilisée aujourd’hui. Elle date d’une époque où les produits frais sont vendus dans les marchés, alors que les produits de base et les aliments transformés sont disponibles sur les tablettes des épiciers. Au fil du temps, les épiceries indépendantes se multiplient et proposent une gamme plus étendue de produits à leur clientèle.

Dès les années 1920, des compétiteurs apparaissent avec l’arrivée des chaînes comme Dominion Stores ou Steinberg. Le supermarché prend forme et propose une expérience avantageuse dans un lieu où les consommateurs trouvent de tout au même endroit. Toute une série de photographies anciennes vous transportent au cœur de ces lieux animés.

De nombreuses usines de transformation alimentaire s’établissent avec l’industrialisation. Mentionnons Molson, Viau, la Ferme Saint-Laurent, ou encore Laura Secord et Pain moderne canadien. Contenants, outils ou objets promotionnels rappellent des produits d’autrefois.

Des images permettent également de constater les infrastructures nécessaires au transport ou à la conservation des aliments, comme l’immense entrepôt frigorifique du Vieux-Port. Située au cœur de plusieurs voies navigables et principal carrefour ferroviaire du pays, Montréal est une véritable plaque tournante des échanges dans la seconde moitié du 19e siècle. C’est aussi l’occasion de découvrir le rôle de l’importateur-grossiste, un acteur au cœur d’un réseau international. Enfin, plus récemment, diverses initiatives voient le jour : cuisines collectives, jardins et serre communautaires, marché ambulant…

 

L’exposition s’appuie sur une recherche du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal dirigée par Joanne Burgess, et réalisée en collaboration avec l’Écomusée du fier monde. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan culturel numérique du Québec. Il a bénéficié du soutien financier de l’Entente sur le développement culturel de Montréal intervenue entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, ainsi que du soutien du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

                             

Musée d’histoire et musée citoyen
Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée du fier monde vous invite à explorer des volets méconnus de la culture montréalaise. Découvrez la vie quotidienne en milieu ouvrier et suivez le parcours inspirant de groupes citoyens. Visitez les expositions de l’Écomusée et l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920.

 

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h
Juillet et août, jeudi/vendredi : 9 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

]]>
Encan bénéfice : une 16e édition réussie http://ecomusee.qc.ca/2017/05/11/encan-benefice-une-16e-edition-reussie/ Thu, 11 May 2017 21:46:13 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=18103/ Montréal, le vendredi 12 mai 2017.– Le mardi 9 mai dernier s’est tenue la 16e édition de l’encan bénéfice de l’Écomusée du fier monde. Quelques 54 œuvres étaient offertes à la criée et 12 œuvres à l’encan discret. Cette production picturale représentative de la création contemporaine d’ici réunissait une soixantaine d’artistes de la relève et d’autres de niveaux national et international. L’Écomusée est heureux d’annoncer que cette 16e édition de l’encan a connu un franc succès. La somme amassée va contribuer à soutenir la mission citoyenne et culturelle de l’Écomusée du fier monde.

<b>Encan crié à l'Écomusée, 2017.</b> Photo : David Lacombe, Écomusée du fier monde
Encan crié à l’Écomusée, 2017.
Photo : David Lacombe, Écomusée du fier monde

Un beau succès

Au fil des ans, l’encan est devenu un rendez-vous culturel annuel pour plusieurs, que ce soit les amis du musée, les amateurs d’art ou les collectionneurs. Ceux-ci sont rejoints chaque année par de nouveaux philanthropes. L’encan clôture deux semaines d’exposition où les œuvres sont accessibles gratuitement au public.

Les résultats préliminaires indiquent que cette édition est, encore une fois, une réussite. Près de 200 personnes ont assisté à l’événement et un montant de 128 000 $ a été amassé.   

Un événement de collaboration et de partage

L’Écomusée du fier monde a pu compter sur l’appui de Christiane Bergevin comme ambassadrice de l’événement. Sous la présidence d’honneur de Francine Grimaldi, Winston McQuade a agi à titre de commissaire-priseur et Annie Reynaud a animé la soirée.

Les fruits de cet encan sont versés à l’Écomusée et aux artistes participants. Depuis sa fondation, l’Écomusée développe des projets en étroite collaboration avec les organismes du Centre-Sud. Ainsi, les profits de la vente de deux œuvres sont partagés avec des organismes du quartier : l’œuvre d’Alfred Pellan avec Mères avec pouvoir Montréal, celle de René Derouin avec l’Auberge du cœur Le Tournant. Mères avec pouvoir Montréal contribue à favoriser l’autonomie et l’intégration sociale et professionnelle de femmes cheffes de familles monoparentales à faible ou modeste revenu, alors que l’Auberge du cœur Le Tournant vise à améliorer les conditions de vie immédiates des jeunes sans abri et à prévenir une aggravation de leur situation.

Un musée qui se démarque

Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée du fier monde se démarque dans le paysage montréalais. Il permet d’explorer des volets méconnus de la culture de la métropole. Découvrez la vie quotidienne en milieu ouvrier et suivez le parcours inspirant de groupes citoyens. Visitez les expositions de l’Écomusée et l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920. Outil citoyen, l’Écomusée favorise le dialogue et contribue à l’amélioration de sa communauté. Merci à tous ceux qui ont participé à l’encan, votre geste contribue à soutenir l’Écomusée du fier monde.

Renseignements et catalogue des œuvres en ligne : ecomusee.qc.ca

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Métro Berri-UQAM
514 528-8444

– 30 –

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

 

]]>
Variations sur l’art d’ici http://ecomusee.qc.ca/2017/04/07/variations-sur-lart-dici-2017/ Fri, 07 Apr 2017 21:25:33 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=17887/ Montréal, le mardi 11 avril 2017.- Plus de 60 artistes québécois et canadiens sont à l’honneur dans Variations sur l’art d’ici. L’exposition regroupe des créateurs émergents et d’autres de renommée nationale et internationale. À travers une variation de styles, de thèmes et de techniques, admirez une sélection d’œuvres picturales représentative de la création contemporaine d’ici. Variations sur l’art d’ici est à l’affiche du 26 avril au 7 mai 2017, à l’Écomusée du fier monde. L’entrée à l’exposition est gratuite.

Admirez la création contemporaine d’ici

Selon l’historien de l’art Jean De Julio-Paquin, invité à commenter l’exposition : « Variations sur l’art d’ici regroupe une variété de réalisations contemporaines exécutées dans des médiums diversifiés, notamment la peinture, la gravure, la photographie, l’aquarelle, le collage et les techniques mixtes. Certaines compositions explorent des démarches abstraites alors que d’autres se rattachent à la tradition figurative.

Sur le plan de l’abstraction, la peinture gestuelle est fortement représentée, entres autres par l’œuvre À cœur ouvert de Michel Belleau et celle Sans titre de Marcelle Ferron. Ces artistes misent sur l’intuition pour générer des œuvres non objectives offrant un large spectre d’effets visuels. Cette approche caractérise également des productions associées à la gravure, telles que la sérigraphie Perséides d’Armand Vaillancourt et celle de Jacques Hurtubise intitulée Graffignoire qui procèdent du même principe en s’appuyant sur le geste spontané.

D’autres artistes adeptes de l’abstraction refusent l’approche indéterminée de la gestualité au profit d’une technique plus contrôlée, voire mathématique. Celle-ci s’exerce à travers une géométrie qui ne laisse rien au hasard. Le peintre Claude Goulet nous offre un bel exemple dans son œuvre 01411. D’autres artistes combinent à la fois l’approche aléatoire de la gestualité et celle ordonnée du géométrisme. Cette manière de faire se retrouve chez Carole Arbic, Annie Hémond Hotte, Denis Juneau et Martin Saint-Laurent.

Les œuvres figuratives de cette exposition proposent à leur tour une variété de styles. La facture de l’œuvre diffère selon les artistes. Ainsi, chez ZÏLON, son tableau intitulé la cicatrice montre un visage à l’allure expressionniste où l’individu exhibe une sensibilité écorchée. Nous retrouvons cette même caractéristique dans la peinture de Michel Pedneault et la gravure de David Lafrance tandis que Suzanne Lafrance représente une silhouette humaine plus conforme à la réalité des apparences. »

L’exposition est une belle occasion de découvrir la production picturale d’artistes québécois et canadiens!

Cliquez ici pour consulter le catalogue des œuvres

 

Artistes :
Barry Allikas
Yves Archambault
Michel Beaucage
Paul-Vanier Beaulieu
Michel Belleau
Marcel Bellerive
Carol Bernier
Martine Bertrand
Paul Bourgault
Kittie Bruneau
Graham Cantieni
Janine Carreau
Jacques Clément
Jean-Michel Correia
Michel Côté
Jean-Sébastien Denis
René Derouin
Robert Desautels
Dominique Desbiens
Benoît Desjardins
Raôul Duguay
Muriel Faille
Charlotte Fauteux
Marcelle Ferron
Marc Garneau
Sindon Gécin
Roland Giguère
Jacques Hurtubise
André Jasmin
Jean-Paul Jérôme
Lucie Jolicoeur Côté
Denis Juneau
Peter Krausz
Paul Lacroix
Richard Lacroix
Suzanne Lafrance
Robert Lamarche
Charles Lemay
François Lemay
Serge Lemonde
Yann Leroux
Suzelle Levasseur
Yves Louis-Seize
Normand Moffat
Guido Molinari
Jean-Guy Mongeau
Carole Morin
Simon Morin
Steve Orner
Michel Pedneault
Alfred Pellan
Jean-Benoît Pouliot
Lorraine Pritchard
Jean Paul Riopelle
Robert Roussil
Martin Saint-Laurent
Robert Savoie
Marc Séguin
Richard Séguin
Bruno Tenti
Françoise Tounissoux
Armand Vaillancourt
François Vincent
Patrycja Walton
Irene F. Whittome
ZÏLON

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h

Entrée gratuite à l’exposition

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

 

]]>
Prendre lieux http://ecomusee.qc.ca/2017/01/31/prendre-lieux/ Tue, 31 Jan 2017 21:21:32 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=17429/ Montréal, le mercredi 1er février 2017.- Neuf artistes, chargés de cours de l’École des arts visuels et médiatiques, parrainent neuf artistes émergents, étudiants de l’UQAM. Par leurs créations pluridisciplinaires, ils vous proposent une vision artistique du mandat de l’Écomusée du fier monde, musée d’histoire et musée citoyen.

L’exposition Prendre lieux est à l’affiche du 16 au 26 février 2017, à l’Écomusée du fier monde.

Créer les possiVisuel Prendre lieux 2017bles

Chacune des neuf dyades d’artistes, composée d’un chargé de cours et d’un étudiant, s’est vue confier un espace leur permettant de Prendre lieux, comme nous dirions prendre place ou embrasser l’espace de l’Écomusée.

Selon l’artiste Suzan Vachon, Prendre lieux induit à la fois l’espace individuel où chaque artiste intervient, tout comme l’institution muséale elle-même en tant qu’ « espace-réceptacle » accueillant l’exposition. Par leur pratique singulière, les artistes ont été invités à inventer et à multiplier leurs possibles rencontres (architecturales, historiques, mémorielles…) avec l’Écomusée du fier monde.

Prendre lieux prend position par une présence affirmée dans l’espace. Sans préciser manifestement ses visées, Prendre lieux suspend son sens et interpelle les possibles à imaginer par chacun.

Artistes :
  • Dominique Sarrazin / Martin Durand, étudiant au baccalauréat
  • Josée Pellerin / Vincent Daoust, étudiant au baccalauréat
  • Jean Marois / Amély St-Denis, étudiante au baccalauréat
  • Suzan Vachon / Zoé Lavigne, étudiante au baccalauréat
  • Patricia Gauvin / Sébastien Gandy, étudiant à la maîtrise
  • Marie-France Giraudon / Pascal Seguel Reynolds, étudiant à la maîtrise
  • Katherine Rochon / Andrée Sophie Cabot, étudiante au doctorat
  • Anne C. Thibault / Claudia Bernal, étudiante au doctorat
  • Denis Farley / André Girard, étudiant au baccalauréat

 

Une exposition en collaboration

La présente exposition est issue d’une collaboration entre l’Écomusée du fier monde, l’École des arts visuels et médiatiques et la Faculté des arts de l’UQAM. Depuis la création de l’Écomusée au début des années 1980, les partenariats entre l’Écomusée et l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sont nombreux et variés. Ils ont donné lieu à plusieurs recherches, expositions, publications et activités de toutes sortes. La présente entente entre l’UQAM, et l’Écomusée inaugure une nouvelle alliance artistique. Elle permet à l’Écomusée du fier monde d’offrir une résonnance amplifiée à sa mission spécifique tout en allouant à des artistes l’occasion de présenter leur vision en regard de la perspective conceptuelle qu’offre le titre.

 

Musée d’histoire et musée citoyen

Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée du fier monde vous invite à explorer des volets méconnus de la culture montréalaise. Découvrez la vie quotidienne en milieu ouvrier et suivez le parcours inspirant de groupes citoyens. Visitez les expositions de l’Écomusée et l’ancien bain public Généreux, un magnifique exemple de l’architecture des années 1920.

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

 

]]>
Ordre du fier monde 2016 http://ecomusee.qc.ca/2016/12/09/ordre-du-fier-monde-2016/ Fri, 09 Dec 2016 16:29:32 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=16672/ Montréal, le vendredi 9 décembre 2016.- Dans le cadre de la soirée du 8 décembre dernier, l’Écomusée du fier monde a procédé à la remise de l’Ordre du fier monde. Cette année, l’implication de Diasol, partenaire de nombreux projets d’exposition, ainsi que de monsieur Serge Gagnon et de monsieur Richard Milette, bénévoles de l’encan depuis 2002, a été reconnue.

Diasol

Ordre du fier monde avec René Binette, directeur de l'Écomusée, Serge Gagnon et Richard Milette, bénévoles, Miki Gingras et Patrick Dionne de Diasol, et Bernard Tremblay, président de l'Écomusée, 2016. Photo : David Lacombe, Écomusée du fier monde
Ordre du fier monde avec René Binette, directeur de l’Écomusée, Serge Gagnon et Richard Milette, bénévoles, Miki Gingras et Patrick Dionne de Diasol, et Bernard Tremblay, président de l’Écomusée, 2016.
Photo : David Lacombe, Écomusée du fier monde

Diasol et l’Écomusée ont multiplié les collaborations depuis plusieurs années. Mentionnons le projet Photographier son milieu de vie, un programme d’activités sur quatre ans qui s’adressait aux élèves des milieux défavorisés. Par la suite, l’Écomusée a présenté une exposition de Diasol intitulée HUMANIDAD : les enfants travailleurs du Nicaragua.

C’est avec les projets développés en collaboration avec l’Atelier des lettres que la contribution de Diasol a été la plus marquante pour l’Écomusée. Les artistes photographes Patrick Dionne et Miki Gingras ont alors accompagné des personnes en processus d’alphabétisation en vue de réaliser des activités autour de la photographie et de l’écriture. Le plus bel exemple est  La parole est à nous! dont le résultat est l’intégration d’une murale dans l’exposition permanente de l’Écomusée. Elle démontre ainsi de façon pérenne l’aboutissement d’une démarche originale illustrant l’utilisation de l’exposition comme outil d’autonomisation. Ce projet est le lauréat du prix Citoyen de la culture Andrée-Daigle du réseau Les Arts et la Ville, et du Prix d’excellence en éducation de l’Association des musées canadiens. Diasol partage les valeurs de l’Écomusée du fier monde et incarne ce qu’est la démocratie culturelle.

Serge Gagnon et Richard Milette

Serge Gagnon et Richard Milette ont été présents en tant que bénévoles à chaque édition de l’encan depuis 2002. Il s’agit du plus important événement de financement de l’Écomusée et son succès repose sur ses bénévoles. Leur présence est toujours appréciée et leur efficacité remarquable. Ce sont des personnes fiables et engagées sur qui l’Écomusée peut compter, en plus d’être des bénévoles fidèles. C’est en partie grâce à leur appui, qui se répète année après année, que l’Écomusée a pu organiser 15 encans bénéfices essentiels pour l’institution.

L’Ordre du fier monde

Conférée annuellement depuis 2007, cette distinction honorifique est décernée à des personnes ou groupes de personnes ayant contribué de façon exceptionnelle au développement de l’Écomusée et qui font preuve d’engagement envers la mission, les principes et la philosophie de l’institution. Une plaque a été dévoilée en l’honneur des personnes admises dans l’Ordre du fier monde.

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

]]>
Peuple de l’œil, 160 ans d’histoire de la communauté sourde http://ecomusee.qc.ca/2016/09/15/peuple-de-loeil-160-ans-dhistoire-de-la-communaute-sourde/ Thu, 15 Sep 2016 12:11:56 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=16064 Montréal, le mardi 20 septembre 2016.- Entrez en contact avec l’identité et la culture des Sourd(e)s dans l’exposition Peuple de l’œil, 160 ans d’histoire de la communauté sourde! L’expression « peuple de l’œil » souligne l’importance du regard dans le rapport au monde des populations locutrices des langues des signes. Découvrez les lieux, événements et personnages liés à l’histoire des Sourds au Canada. De plus, l’exposition propose des pistes de réflexion sur la communauté sourde contemporaine et présente des créations d’artistes.

Peuple de l’œil est à l’affiche du 13 octobre 2016 au 5 février 2017, à l’Écomusée du fier monde. L’exposition est quadrilingue : langue des signes québécoise (LSQ), American Sign Language (ASL), français et anglais. Différentes activités de médiation culturelle sont aussi au programme!

Visuel Peuple de l'oeilSourditude : célébrer la culture sourde

Être Sourd, c’est une identité culturelle. C’est vivre comme une minorité linguistique dans une majorité qui souvent ignore tout d’elle. Vivez une immersion immédiate dans la culture sourde : les textes de l’exposition sont essentiellement remplacés par des vidéos en LSQ et en ASL. Les entendants se verront remettre un livret d’accompagnement. Durant la visite, apprenez-en davantage sur les langues des signes dont les premières apparitions remontent à l’Antiquité. Découvrez aussi l’art sourd, un fort mouvement d’affirmation de la culture sourde, grâce à la présentation d’œuvres réalisées sur des médiums diversifiés.

160 ans d’histoire

Archives de l'Institut Raymond-Dewar, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
Archives de l’Institut Raymond-Dewar, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Parcourez l’histoire des Sourds par l’intermédiaire de lieux et d’événements marquants au Canada et ailleurs dans le monde. Les grands établissements comme les écoles et les organisations sourdes constituent des repères importants de ce patrimoine vieux de 160 ans. Montréal est la seule ville canadienne où trois grandes institutions d’enseignement pour les Sourds ont cohabité. Voyez la vie des élèves en classe et dans les ateliers d’apprentissage grâce à de nombreuses photographies. D’autre part, dépliants et affiches illustrent le dynamisme des divers organismes créés par les Sourds qui leur permettent de faire vivre leur culture.

Rencontrez aussi des personnages inspirants du mouvement citoyen sourd : Thomas Widd et Margaret Fitzakerly Widd, fondateurs de la première école montréalaise pour les Sourds de religion protestante et Raymond Dewar, un des auteurs du premier dictionnaire de LSQ dont les prises de position ont fait avancer la cause des Sourds. Des jeunes militants comme Patrick Lazure et des artistes comme Hodan Youssouf prennent aujourd’hui le relais.

Activités gratuites

Les activités s’adressent aux Sourds et aux entendants.
Cliquez sur les activités pour voir les détails

 

Vidéos en LSQ et ASL : cliquez ici 

 

Ce projet a été rendu possible en partie grâce à une subvention du Programme d’aide aux musées du ministère du Patrimoine canadien. Il est également financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal. Il bénéficie de la contribution de la Fondation du Grand Montréal et de la Fondation des Sourds du Québec.

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde et Société Culturelle Québécoise des Sourds

Téléchargement :

 

]]>
40 ans deboutte : l’édition féministe selon Remue-ménage http://ecomusee.qc.ca/2016/07/07/40-ans-deboutte-ledition-feministe-selon-remue-menage/ Thu, 07 Jul 2016 14:07:31 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=15393 Montréal, le mardi 30 août 2016.- L’exposition 40 ans deboutte vous invite à découvrir le métier d’éditrice et la singularité du livre féministe. Depuis 1976, les Éditions du remue-ménage témoignent de la diversité de la parole des femmes et des luttes féministes passées et actuelles. Pour souligner leurs 40 ans d’existence, l’exposition présente maquettes, livres, documents d’archives, affiches, photos, reliques militantes variées, et raconte le mouvement des femmes à travers les œuvres publiées. L’exposition est à l’affiche du 8 septembre au 2 octobre 2016, à l’Écomusée du fier monde.

Image à la une Remue ménageRemue-ménage : 40 ans de paroles et d’inspiration

En 1976, un groupe de femmes crée un espace propice à la diffusion d’une pensée en marge des discours dominants. Depuis, les Éditions du remue-ménage poursuivent le même objectif : stimuler, soutenir et faire avancer la réflexion féministe, ainsi qu’éduquer et informer les femmes sur les questions les intéressant spécifiquement. L’exposition est l’occasion de rendre hommage aux artisanes de l’édition et de partager cet héritage : l’histoire unique du mouvement féministe québécois et la contribution remarquable des écrivaines engagées.

 

L’exposition : 40 ans deboutte

Huit tableaux thématiques font apparaître différentes facettes de la révolution féministe et permettent aux néophytes de comprendre les liens entre auteures, travailleuses, lectrices et mouvements sociaux. Plusieurs générations de livres et d’objets tels que des affiches, maquettes et photos illustrent le métier d’éditrice tandis que des manuscrits et extraits audio reflètent les idées qui émergent du mouvement féministe québécois. À la fin de la visite, le public pourra collaborer à un projet d’écriture collective in situ qui donnera lieu à une publication. À travers l’exposition 40 ans deboutte : l’édition féministe selon Remue-ménage, découvrez un métier de l’ombre, qui a connu plusieurs transformations majeures au fil des ans, et qui demeure, malgré les innombrables avancées technologiques, foncièrement artisanal et humain.

 

Activités

Différentes activités gratuites ont également lieu durant l’exposition, cliquez sur les liens pour connaître les détails :

 

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 16 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde et Éditions du remue-ménage

Téléchargement :

 

]]>
Journées africaines et Journée des musées montréalais http://ecomusee.qc.ca/2016/05/17/journees-africaines-12e-edition/ Tue, 17 May 2016 12:49:43 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=15010 Montréal, le mardi 17 mai 2016.- Le Centre Afrika présente la 12e édition des Journées africaines intitulée Tous ensemble. Cette thématique s’articule autour de la richesse des valeurs de respect, de paix et de solidarité. La 12e édition offre un autre regard sur la diversité du monde africain et vous emportera dans un tourbillon de festivités avec sa programmation variée. Soyez des nôtres le samedi 28 et le dimanche 29 mai 2016, de 12 h à 17 h, à l’Écomusée du fier monde. L’entrée est gratuite.

Journées africaines 2016La 12e édition des Journées africaines

Laissez-vous séduire par l’expérience culturelle unique que vous propose le Centre Afrika en visitant des kiosques et en participant à des ateliers interactifs.

Le samedi, assistez à des activités originales organisées par des professionnels de la scène. Au programme : balafons et percussions africaines avec Adama Daou et sa complice la griotte mandingue Djely Tapa qui animera l’événement. Ils seront accompagnés d’artistes de renom tels que Zal Idrissa Sissokho à la kora et Élété Rimtobaye, musicien tchadien, ainsi que de d’autres artistes invités. Des ateliers pour enfants, des kiosques interactifs, des bouchées et des breuvages aux saveurs africaines seront proposés à tous dans une ambiance de fête au village.

Le dimanche, participez à des activités de création, et admirez l’exposition du regroupement de peintres Réminiscence et des artistes de la galerie d’art Espace Mushagalusa.

C’est un rendez-vous avec le monde africain au cœur de la diversité montréalaise!

Samedi 28 mai et dimanche 29 mai, de midi à 17 h
Entrée libre

Cliquez ici pour consulter le programme détaillé

 

JDMM2016_AfficheLa 30e édition de la Journée des musées montréalais

Dans le cadre de la 30e édition de la Journée des musées montréalais le dimanche 29 mai, l’Écomusée du fier monde ouvre gratuitement ses portes et offre une variété d’activités. Musée d’histoire et musée citoyen, l’Écomusée vous invite à explorer l’histoire du travail et à réfléchir sur les enjeux sociaux de son milieu. Il loge dans l’ancien bain public Généreux, un bel exemple de l’architecture des années 1920. Soyez au rendez-vous le dimanche 29 mai, de 9 h à 18 h!

Dimanche 29 mai, de 9 h à 18 h
Entrée libre

Cliquez ici pour le programme détaillé

 

 

 

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst (angle Ontario)
Métro Berri-UQAM
514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Renseignements : Jean-François Bégin – 514 843-4019 –
Source : Centre Afrika

Téléchargement :

 

]]>
Regard inédit sur mon quartier – Photographies de Daniel Heïkalo http://ecomusee.qc.ca/2016/05/16/regard-inedit-sur-mon-quartier/ Mon, 16 May 2016 22:28:04 +0000 http://ecomusee.qc.ca/?p=14839 Montréal, le mercredi 18 mai 2016.- L’exposition Regard inédit sur mon quartier regroupe une cinquantaine d’œuvres en noir et blanc et en couleurs du photographe Daniel Heïkalo. Prise dans les années 1970, la série est consacrée au quartier de son enfance, le Centre-Sud de Montréal. À travers l’œil du photographe, parcourez les rues de ce quartier et découvrez ce qui le rend si unique. Les clichés de façades, fonds de cour et ruelles ainsi que les scènes hivernales illustrent des facettes inédites du Centre-Sud. Les amoureux de Montréal seront comblés! L’exposition est à l’affiche du 19 mai au 28 août 2016, à l’Écomusée du fier monde.

Maisons à l'ombre du pont Jacques-Cartier, rue Dorion, 1976. Photo : Daniel Heïkalo
Maisons à l’ombre du pont Jacques-Cartier, rue Dorion, 1976.
Photo : Daniel Heïkalo

Regard sur le Centre-Sud

Captées au hasard de promenades, les photographies mettent en valeur des détails du quotidien. Plongez dans un univers familier, mais disparu, à la fois lointain et actuel. Maisons de fond de cour, ruelles, petits commerces, écoles, maisons délabrées ou abandonnées, détails architecturaux et cordes à linge recréent l’ambiance qui régnait autrefois. La trace du temps est particulièrement visible dans certains clichés, que ce soit la borne d’alarme à incendie ou le marchand d’huile ambulant.

Le photographe a su saisir la lumière de l’aube et de la brunante, les ombres et les reflets sur la neige, ce qui donne à ses images une teinte toute particulière.

Daniel Heïkalo

Daniel Heïkalo est photographe, artiste visuel et compositeur. Né à Montréal en 1954, il a habité rues Beaudry et Montcalm, dans le Centre-Sud, pendant 25 ans. Il pose un regard intime et nostalgique sur le quartier vivant et coloré où il a grandi. Ses œuvres retracent un moment précis de l’histoire d’une ville en mutation et représentent une valeur documentaire importante. Daniel Heïkalo nous raconte aussi des témoignages qui viennent compléter les photographies.

Avec l’exposition Regard inédit sur mon quartier, vous tomberez ou retomberez sous le charme de ce quartier!

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst
Angle Ontario
Métro Berri-UQAM

Horaire
Mercredi : 11 h à 20 h
Jeudi/vendredi : 9 h 30 à 17 h
Samedi/dimanche : 10 h 30 à 17 h

Tarifs
Adulte : 8 $
Étudiant/aîné/enfant plus de 6 ans : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 16 $

Renseignements : 514 528-8444 | ecomusee.qc.ca

– 30 –

Photographies et entrevues disponibles sur demande.

Renseignements :
Marie-Josée Lemaire-Caplette | 514 528-8444 |
Source : Écomusée du fier monde

Téléchargement :

Maisons à l'ombre du pont Jacques-Cartier, rue Dorion, 1976. Photo : Daniel Heïkalo

 

Photographie Maisons à l’ombre du pont Jacques-Cartier, 1976

 

<b>Rue de la Visitation, c&#244;t&#233; est au sud de la rue Berhier, 1974.</b><br /> Photo : Daniel He&#239;kalo

 

Photographie Rue de la Visitation, côté est au sud de la rue Berhier, 1974

 

<b>Le marchand d’huile ambulant et ses clients, rue Lartigue au nord de la rue Larivière, 1973.</b> Photo : Daniel Heïkalo

 

Photographie Le marchand d’huile ambulant et ses clients, rue Lartigue au nord de la rue Larivière, 1973

 

<b>Fond de cour insalubre au 1271, rue Plessis, 1974.</b> Photo : Daniel Heïkalo

 

Photographie Fond de cour insalubre au 1271, rue Plessis, 1974

 

 

]]>