En tournée : Run de lait

Exposition en tournée —
  • 20 janvier au 7 septembre 2014

L’expression familière « Run de lait » décrit le travail du laitier qui sillonnait quotidiennement les rues de la ville pour distribuer du lait frais aux familles montréalaises. Cette époque de la livraison du lait de porte à porte, est aussi symbolisée par l’utilisation d’un contenant bien particulier : la bouteille à lait en verre, qui a marqué plus d’une génération.

L’exposition Run de lait propose de suivre le parcours de cette bouteille dans le temps et dans l’espace montréalais. Le périple s’amorce dans l’usine laitière, lieu de rencontre entre la bouteille et son précieux contenu. De nombreuses entreprises laitières, établies dans différents quartiers de la ville, vont se partager le marché montréalais une bonne partie du 20e siècle.

La bouteille amorce ensuite son trajet à l’extérieur de l’usine, dans une ville qui se transforme, alors que le laitier s’assure de la mener jusqu’à la porte de ses clients. Ce dernier déploie diverses stratégies pour accroître sa clientèle et développe une relation de confiance avec celle-ci.

C’est à la fin des années 1960 que le périple de la bouteille s’interrompt avec l’adoption de nouveaux contenants. Cette période est aussi marquée par une transformation du travail du laitier, qui répond de moins en moins à une clientèle résidentielle.

 

<b>Bouteille à lait en verre.</b> Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde
Bouteille à lait en verre.
Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde

La bouteille

C’est à Jacques Janvier Joubert, un fermier de Saint-Léonard-de-Port-Maurice, que revient le mérite d’avoir introduit les premières bouteilles à lait en verre sur le marché montréalais, en 1892. Rapidement, Joubert délaisse la production laitière pour se consacrer à la distribution. Il s’établit d’abord sur la rue Rachel en 1899, mais se fait construire une nouvelle usine plus imposante en 1906.

Bâtiment principal de la Laiterie J.J. Joubert, sur la rue Saint-André, vers 1930. Collection Claire Beaugrand-Champagne
Bâtiment principal de la Laiterie J.J. Joubert, sur la rue Saint-André, vers 1930.
Collection Claire Beaugrand-Champagne

 

 

L’usine laitière

Le « senteux » inspecte les bidons lorsque le lait arrive à l’usine. <b>Réception du lait à La Ferme St-Laurent, rue Garnier, vers 1952.</b> Collection Robert Benoit – Laiterie Charlevoix/Économusée du fromage
Le « senteux » inspecte les bidons lorsque le lait arrive à l’usine.
Réception du lait à La Ferme St-Laurent, rue Garnier, vers 1952.
Collection Robert Benoit – Laiterie Charlevoix/Économusée du fromage

Les premières usines laitières sont des bâtiments, souvent modestes, servant surtout à l’embouteillage et à l’entreposage. L’adoption d’un règlement imposant la pasteurisation du lait vendu sur le marché montréalais, en 1925, implique l’ajout de certains équipements. L’usine laitière se développe et le processus de transformation du lait se modernise. Une main-d’œuvre de plus en plus spécialisée s’assure d’offrir un lait de qualité et d’autres produits laitiers à leur clientèle.

Prise d’échantillons de lait pour une analyse dans le laboratoire de la laiterie. <b>Roger Landreville, employé de l’usine de J.J. Joubert, vers 1949.</b> Collection Julie Landreville
Prise d’échantillons de lait pour une analyse dans le laboratoire de la laiterie.
Roger Landreville, employé de l’usine de J.J. Joubert, vers 1949.
Collection Julie Landreville
<b>Équipement de pasteurisation à la Laiterie Canadienne, vers 1938.</b>  Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde
Équipement de pasteurisation à la Laiterie Canadienne, vers 1938.
Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde

 

La distribution

André Vallée, laitier à la Laiterie Borden, et son attelage, vers 1950. Collection Vallée
André Vallée, laitier à la Laiterie Borden, et son attelage, vers 1950.
Collection Vallée

La distribution du lait est une étape très importante dans tout le processus de commercialisation du produit. Le laitier doit s’assurer de bien contrôler la température de son chargement pour en maintenir la qualité. Un service courtois, attentionné et fiable est aussi le secret pour conserver, ou même accroître, sa clientèle. Pour de très nombreux laitiers, le cheval a été un compagnon de route très utile. L’animal est cependant, peu à peu, déclassé par le camion, qui permet d’augmenter le volume de lait livré et de parcourir de plus longues distances.

<b>Chargement du lait par les laitiers de la Ferme St-Laurent, rue Garnier, vers 1952.</b> Collection Robert Benoit – Laiterie Charlevoix/Économusée du fromage
Chargement du lait par les laitiers de la Ferme St-Laurent, rue Garnier, vers 1952.
Collection Robert Benoit – Laiterie Charlevoix/Économusée du fromage

 

Un patrimoine

Dans la seconde moitié du 20e siècle, nous assistons à la disparition de nombreuses entreprises laitières au profit des grands groupes industriels, comme Agropur. De nouveaux contenants remplacent la bouteille en verre et les chaînes d’alimentation se dotent de grands comptoirs de produits laitiers. La livraison du lait de porte en porte décline et devient une part marginale du travail de livraison du laitier. Aujourd’hui, l’histoire de l’industrie laitière montréalaise subsiste dans quelques traces laissées dans le paysage urbain, mais aussi par l’entremise de certains projets de mise en valeur, comme le projet Run de lait.

<b>Une partie de la façade de l’usine de La Ferme St-Laurent a été conservée et intégrée à un nouveau bâtiment érigé sur la rue Garnier.</b> Photo : Julie Landreville, Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde
Une partie de la façade de l’usine de La Ferme St-Laurent a été conservée et intégrée à un nouveau bâtiment érigé sur la rue Garnier.
Photo : Julie Landreville, Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde
<b>Le château d’eau en forme de bouteille de l’ancienne usine de Guaranteed Pure Milk a été restauré en 2010. Elle est considérée par plusieurs comme un symbole montréalais important.</b> Photo : Julie Landreville, Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde
Le château d’eau en forme de bouteille de l’ancienne usine de Guaranteed Pure Milk a été restauré en 2010. Elle est considérée par plusieurs comme un symbole montréalais important.
Photo : Julie Landreville, Collection patrimoine laitier montréalais, Écomusée du fier monde

 

Équipe de production

Commissaire d’exposition : Éric Giroux

Conception visuelle, graphisme et coordination technique : Diane Urbain

Direction de la recherche et validation scientifique : Joanne Burgess, professeure au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal