Bâtiments religieux

Église Notre-Dame-de-Guadalupe : Église à l’architecture singulière

  • Localisation : 1969, rue Ontario (coin Dorion)
     
Église Sainte-Marguerite-Marie-Alacoque : 1969, rue Ontario Est, date inconnue. Écomusée du fier monde
Église Sainte-Marguerite-Marie-Alacoque (aujourd’hui Notre-Dame-de-Guadalupe), date inconnue
Écomusée du fier monde

L’église Sainte-Marguerite-Marie-Alacoque construite en 1924-1925, donne sur la rue Ontario, et est bordée des rues Bordeaux et Dorion. Elle est l’œuvre de deux architectes de renom, Ernest Cormier et Emmanuel-Arthur Doucet. Son architecture se distingue par un style d’inspiration byzantine. Initialement, l’église porte le nom de Sainte-Marguerite-Marie-Alacoque, sainte canonisée en 1920. En 1992, toutefois, l’église passe aux mains de la communauté latino-américaine qui la renomme église Notre-Dame-de-Guadalupe.

 

 

Maison mère des Sœurs de la Providence : Empreinte de l’œuvre sociale d’une communauté

  • Localisation : 1434, rue Fullum (coin Sainte-Catherine)
      
La Maison mère des Sœurs de la Providence, vers 1980. Écomusée du fier monde
La Maison mère des Sœurs de la Providence, vers 1980
Écomusée du fier monde

Située dans la partie sud du quartier Sainte-Marie, la Maison mère des Sœurs de la Providence constitue un ensemble conventuel et patrimonial. Le site rappelle l’importance de cette communauté religieuse fondée par Émilie Gamelin au milieu du 19e siècle et qui répondait aux besoins des personnes pauvres, malades et démunies. À partir de 2011, le bâtiment de la Maison mère fait l’objet d’un projet de transformation qui accueille des entreprises d’économie sociale et des habitations pour aînés.

 

 

Église Notre-Dame de Czestochowa : Symbole de la présence polonaise

  • Localisation : 2550, rue Gascon (coin Hochelaga)
     
L’église Notre-Dame de Czestochowa, vers 1984. Écomusée du fier monde
L’église Notre-Dame de Czestochowa, vers 1984
Écomusée du fier monde

L’église Notre-Dame de Czestochowa se situe dans le secteur nord-est du quartier Sainte-Marie. Elle est rattachée à la plus vieille paroisse polonaise de Montréal. Construite en 1946, cette église vient remplacer une première église érigée trente ans plus tôt, mais devenue trop petite pour les besoin de la communauté. L’église demeure, encore aujourd’hui, un lieu de culte dédié aux Polonais catholiques de Montréal, et est un des éléments les plus représentatifs de leur présence.

 

 

Église Saint-Vincent-de-Paul : Une des plus anciennes paroisses de Montréal

  • Localisation : 2310, rue Sainte-Catherine Est
Église Saint-Vincent-de-Paul : Une des plus anciennes paroisses de Montréal
Église Saint-Vincent-de-Paul et presbytère, vers 1990
Écomusée du fier monde

La paroisse Saint-Vincent-de-Paul est fondée en 1867, suite au démantèlement de la paroisse Notre-Dame, qui était jusqu’alors l’unique paroisse des catholiques de la ville. La première église est construite en 1876. Détruite par le feu en 1924, elle sera reconstruite selon les plans de l’architecte Ludger Lemieux. En 2007, l’église et son presbytère sont vendus à un groupe évangéliste qui rebaptise le site Église de la parole de vie.

 

 

Église Saint-Michel-Archange : La communauté ukrainienne à Montréal

  • Localisation : 2388, rue d’Iberville 
L’Église ukrainienne Saint-Michel-Archange
L’Église ukrainienne Saint-Michel-Archange
Écomusée du fier monde

Présente dans le quartier depuis le début du XXe siècle, la communauté ukrainienne s’est initialement installée autour du site actuel l’église Saint-Michel-Archange. Une première église a été inaugurée lors des célébrations de la Pâques de 1917, puis le bâtiment est reconstruit dans un vocabulaire orthodoxe en 1954. Nombre de ses services régissaient la vie de la communauté ukrainienne qui comprenait 700 fidèles en 1931. La paroisse, qui a fêté son centenaire en 2011, poursuit toujours son œuvre et sa présence dans le quartier témoigne de l’importance culturelle de la communauté ukrainienne à Montréal.

 

 

Îlot Sainte-Brigide-de-Kildare : Témoin de la transformation du patrimoine religieux

  • Localisation : 1151, rue Alexandre-de Sève
L’église Sainte-Brigide-de-Kildare et une partie e l’école Sainte-Brigide, vers 1900
L’église Sainte-Brigide-de-Kildare et une partie e l’école Sainte-Brigide, vers 1900
Le diocèse de Montréal à la fin du 19e siècle, Montréal, 1900

Fondée en 1867, la paroisse Sainte-Brigide-de-Kildare se voulait une réponse à la présence d’une communauté irlandaise dans l’est de la ville. Les Irlandais obtiennent cependant un autre lieu de culte et Sainte-Brigide devient une paroisse canadienne française. Depuis sa requalification en 2006, le site développe une mission sociale et culturelle animée par le Centre communautaire et culturel Sainte-Brigide. L’îlot est aujourd’hui un exemple inspirant de requalification du patrimoine religieux.

 

 

Église Saint-Eusèbe-de-Verceil : Un exemple d’architecture néoroman

  • Localisation : 2151, rue Fullum
L’église Saint-Eusèbe-de-Verceil et son presbytère.
L’église Saint-Eusèbe-de-Verceil et son presbytère
Écomusée du fier monde

La paroisse Saint-Eusèbe-de-Verceil est érigée en 1896 en réponse à la croissance de la population dans ce secteur du quartier. Une chapelle temporaire est alors érigée pour célébrer le culte. La construction de l’église débute en 1913 et sera interrompue quelques années avant d’être complétée en 1923. De style néoroman le bâtiment est imposant et constitue un repère visuel marquant sur la rue Fullum. La présence de jardins, le long de la rue Dufresne, offre une perspective visuelle intéressante sur l’arrière de l’église. 

 

 

Îlot Saint-Pierre-Apôtre : Un site patrimonial classé

  • Localisation : 1201, rue de la Visitation
Église Saint-Pierre-Apôtre vers 1900
Église Saint-Pierre-Apôtre vers 1900
Archives provinciales des Oblats de Marie Immaculée, Richelieu

L’Îlot Saint-Pierre-Apôtre est un ensemble patrimonial exceptionnel qui comprend l’église Saint-Pierre-Apôtre, un presbytère et deux autres bâtiments ayant cumulé diverses fonctions. Ce lieu historique classé est associé aux missionnaires Oblats de Marie Immaculée, arrivés à Montréal en 1848. De style néo-gothique, l’église Saint-Pierre-Apôtre est toujours ouverte et accueille de nombreux fidèles de la communauté gaie. Créé par les Oblats en 1973, le Centre St-Pierre est un centre d’éducation populaire qui occupe aujourd’hui l’ancienne école Saint-Pierre, rue Panet.

 

 

Maison des Pères Blancs / Centre Afrika : Un peu d’Afrique à Montréal

  • Localisation : 1640, rue Saint-Hubert
Façade de la maison des Missionnaires d’Afrique, lors de la reconstruction du bâtiment
Façade de la maison des Missionnaires d’Afrique, lors de la reconstruction du bâtiment
Archives de Montréal

Implantée dans le quartier depuis 1934, la maison des Pères Blancs témoigne des liens historiques entre le Centre-Sud et les missions d’Afrique. Plusieurs générations de missionnaires ont transité par la maison de la rue Saint-Hubert, à leur départ ou au retour des missions africaines, créant ainsi des liens entre l’Afrique et la société québécoise. Depuis 1989, le bâtiment héberge le Centre Afrika, un centre social et culturel au service des communautés africaines de Montréal.